Textes

 "...La démarche de Philippe Seynaeve s'origine dans l'architecture: des détails l'interpellent qu'il isole pour les réagencer imaginativement sur la toile. Ses formes sont ainsi la réminiscence d'architectures. Mais ces données constructives sont les prémisses d'une recomposition intuitive de l'espace.                                                                    

Car il s'agit ici de faire (voir), et de faire voir autrement l'espace, la lumière. Le spectateur est confronté à travail qui n'est ni abstrait ni figuratif..."

(Marie-Ange Brayer)


"Philippe Seynaeve oeuvre du côté de l'austère. Ses toiles ne connaissent que le noir et blanc. De cette opposition naît un univers, recrée un urbanisme fantasmatique de vitres, de fer, de béton dans lequel l'homme n'aurait place que pour jouer à cache-cache avec la mort, dans lequel notre regard de voyeur s'insinue par des failles ou des interstices insérées dans l'espace citadin comme les meutrières l'étaient jadis dans les murailles des castels."

(Michel Voiturier)