Présentation

Mon travail a pour origine l'architecture.

C'est un dialogue ininterrompu avec le patrimoine architectural qui nous a été légué.

Des détails m'interpellent que j'isole pour les réagencer. Ces détails forcent l'attention, la réflexion. Il s'agit de faire "Voir" et de faire voir autrement l'espace.

Le travail n'est ni abstrait ni figuratif, il se situe à la frontière de ces deux mondes, c'est aux spectateurs d'y trouver le juste milieu.

 

Le Noir


 Je voudrais insister sur l’idée du noir comme intellectualité, utilisation du noir comme une qualité, une matérialité.

Il y a quelque chose à propos du noir que je n’arrive pas à définir avec précision ; c’est à cause de son caractère de non-couleur. Il y a dans le noir une rigueur qui attire toujours.

 

Le noir n’a pas de limite, il contient pour moi des possibilités très fortes comme le bleu chez Klein. Mes thèmes d’architectures me permettent de faire jaillir du fin fond de ce noir une lumière par contraste.

 

Vidéo

 

Réaliser une bande vidéo, tout comme la regarder, présente des similarités avec la lecture et l’écriture. Les bandes vivent dans le temps linéaire ; c’est toujours un assemblage – une image/son après l’autre – elles écrivent de gauche à droite.

 

L’image en mouvement dans un moniteur ne peut avoir la même relation physique avec le spectateur qu’une peinture ou une photographie. L’image vidéo peut être transmise instantanément ou en différé, à distance, à un moniteur fixe qui peut être proche ou éloigné de la situation du spectateur dans le temps ou dans l’espace. Sa perception en sera donc modifiée.

 

Dans mes installations, l’image vidéo est en dialogue avec la peinture et/ou la photographie. Ce dialogue crée une nouvelle perception de l’espace pictural/photographique : une relecture de l’environnement plastique.

 

Le dialogue s’élargit par la présence du spectateur/acteur, par son regard, par ses propres images véhiculées par sa mémoire (mémories).