[Fragments/Archéologie]

En haut de la moitié gauche de l’image de la grande feuille de papier blanc, un dessin a été appliqué. Le dessin est la doublure conceptuelle d’un fragment de la photographie. Une relation abstraite s’établit entre le dessin et la photographie.

 

La présentation de fragments de couleurs, trace d’une intervention passée, maintient le passé en vie. Elle contribue aussi à la structuration et à l’analyse des vestiges matériels de ce passé. Ces fragments, interventions picturales forcent l’attention, la réflexion.

Il s’agit de « faire voir » et de « voir » autrement l’espace.

 

Ruines, fragments,…sont fascinants.

Ils baignent dans ce retour du passé, du lointain, du perdu, de la trace.

Il s’en dégage une fascination à laquelle nous ne pouvons nous soustraire.

Tout ce qui remémore les lieux/objets anciens possèdent une force que nous n’épuisons pas, qu’il s’agisse d’une période du passé en général ou de nous même en particulier.

 

La lecture des photographies dans la série [Fragments/Archéologie], c’est un retour dans le passé, un instant de référence. Références aux lieux, à l’histoire.

En reprenant des fragments de la photographie, je les intègre immédiatement dans ma recherche, c’est un fragment de mémoire.

 

[Fragments/Archéologie] : c’est une nouvelle lecture du présent par le passé.

 

 Dialogue dessins et photographies

Année 2006

Dim. Dessins 100x70cm

         Photographies  50x50cm